Le e-fantasme des partis politiques français

La semaine dernière, le Modem a sorti en grande pompe son nouveau réseau social : lesdemocrates.fr
A trois ans des Présidentielles françaises, tous les partis politiques se mettent en ordre de marche pour la future conquête des votes sur le web. Une  victoire outre-atlantique bien connue fait fantasmer les spin-doctors français qui aimeraient bien faire un coup en 2012. Mais voilà, pour gagner il ne suffira pas de jouer…

La stratégie du sandwich numérique

Il existe une raison majeure pourquoi les partis politiques français ne peuvent pas reproduire le cas américain : les staffs internet des partis ne mettent pas en place une stratégie globale et centralisée. Disons plutôt, pour être clément, que d’ici 3 ans, les stratégies des partis auront peut-être su trouver leur voie et imprimer leur marque. Mais, pour l’instant, les stratégies des grands partis consistent en un empilement d’outils internet isolés les uns des autres, et qui parfois se concurrencent…

Par exemple, puisque c’est l’actualité, revenons sur la stratégie du Modem : rien de spécial à dire sur le site lesdemocrates.fr, lancé par Nicolas Voisin la semaine dernière. Il y a dans ce réseau social, tout ce qu’on peut en attendre , sans fioritures ni grande innovation, donc R.A.S

Mercredi prochain une conférence de presse doit avoir lieu présentant officiellement lesdemocrates.fr mais également… le forum démocrate, projet de développeurs bénévoles, emmené par Christophe Ginisty. Les démocrates.fr et le forum démocrate sont deux projets parallèles semble t-il validés par la direction du Modem, mais le hic c’est qu’il n’y aurait eu aucune communication entre eux jusqu’à ce jour, et ce depuis plus de 6 mois… Christophe Ginisty, semble avoir été averti par la presse du lancement de l’outil lesdémocrates.fr . Quand on sait cela, on est tout de même en droit de se poser la question de la stratégie (et même sans connaitre toutes les spécificités techniques des outils) : comment deux outils sociaux réalisés sans concertation et sans communication vont-ils pouvoir se compléter au sein d’un même parti, et servir à la conquête du pouvoir ?

Bis repetita à l’UMP : il y a peu, début janvier, nous apprenions que l’UMP avait choisi Isobar pour créer son propre réseau social . Les nouveaux mâitres de l’internet Umpiens ont-ils donc oublié que le réseau UMP.net existe depuis les élections municipales 2008 ? Sans compter que plus de la moitié des militants de l’UMP se seraient inscrits sur UMP.net, alors pourquoi doublonner …?  Voici un extrait d’un billet de Vincent Ducrey en date du 2 février 2008, qui dresse un premier bilan chiffré du réseau social UMP.net :

« Une approche très centralisée pour l’UMP. Un ordre de marche plus chaotique au PS. Par exemple, sur les 370.000 adhérents que compte l’UMP, un peu plus de la moitié d’entre eux, soit 190.000, seraient membres de UMPNet, une plate-forme participative du parti sur Internet. « Nous avons souhaité rendre les technologies le plus accessibles possible à tous les candidats sur notre site. Cent fédérations nous ont rejoints et tout le monde s’y met maintenant, petits comme grands candidats », explique Thierry Solère, secrétaire national de l’UMP chargé d’Internet »

Que ce soit au modem ou à l’UMP, les stratégies online n’ont pas vraiment l’air « centralisées ». On semble préférer noyer les militants dans des couches numériques empilées les unes sur les autres comme un mauvais sandwich qui finira par donner mal au coeur

sandwichnumerique
Des défaillances structurelles ?

Le point le plus révélateur du manque de cohérence sur ces stratégies est la communication au sein même des partis, qui semble mener inexorablement vers des outils doublon sur internet. Alors qu’aux Etats-Unis un Joe Rospars, via son agence Blue State Digital, centralisait les directives online tout en faisant travailler une équipe pléthorique réunissant des anciens de Facebook et Google et une armée de militants online, les partis français travaillent à « l’ancienne », selon le fait du Prince. Une chose est sûre, au vu des remues ménages internes (voir par exemple « la guerre des Christophe » au Modem) Internet est devenu un enjeu important au sein des partis. Mais il est dépendant du bon vouloir du locataire en place : X. Bertrand (nouveau secrétaire général de l’UMP) dézingue UMP.Net lancé par Devedjian un an plus tôt; Bayrou use et abuse de l’adage « diviser pour mieux régner » en faisant travailler plusieurs commissions du parti en parallèle.

Une bonne stratégie internet s’épanouirait-elle donc dans un exercice solitaire, loin des manoeuvres de parti ? Si tel est le cas, la position de challenger à la frontière du parti prônée par Ségolène Royal, entourée et appuyée par un parti de supporters online, lui ouvrirait peut-être les voies impénétrables du ciel online.

Cross-posted sur Netpolitique

Publicités

23 février 2009. Étiquettes : , , , , . France, USA. 2 commentaires.

Obama va t-il chez Ikea ?

L’investiture du nouveau Président approche, et on ne compte plus les récupérations de cet évènement qui ferait entrer les Etats Unis dans une ère de changement.

Ikea, la fameuse marque suédoise, l’a bien compris en lançant le site évènementiel Embrace change 09 : vous pouvez aménager votre propre bureau ovale (de la Maison Blanche) avec les meubles Ikea !

Voici mon bureau, certes je ne suis pas un grand décorateur mais notez le clin d’oeil au chien bushiste Barney qui lui, hélas, doit quitter le bureau ovale. J’ai pensé qu’un lit double pour les filles du nouveau Président était nécessaire pour le changement, car pourquoi seule Michelle devrait elle garder les enfants ?

ikea1

Ikea va plus loin en proposant de se joindre à un vrai « mouvement » pour « faire entendre sa voix sur la réforme intérieure »… en partageant avec la Maison Blanche sa vision de ce que doit être l’aménagement du Président

ikea2

A part cela, le blog Sitoyen se met en vacances une quinzaine de jours. Et à partir de février, les liens entre Sitoyen et le blog Netpolitique se resserreront plus encore, car j’aurai la chance et l’honneur de publier et cross-poster sur ce blog référence du web politique.

A ne pas rater d’ici là :

> L’excellente initiative de crowdsourcing de l’analyse du buzz Lefebvre par ReadWriteWeb. J’ai presque hâte de rentrer pour découvrir le résultat.

> L’étude de Terra Nova sur les innovations de la campagne américaine, en association avec la Netscouade, Spintank, Ipol et autres. La conférence de presse a lieu ce lundi. Au vu des talentueux participants de la mission, le résultat sera sans doute passionnant pour comprendre le mystère de Barack 2.0

16 janvier 2009. Étiquettes : , . Corporate, USA. 1 commentaire.

Investiture Obama : couverture live via Twitter report

[Mise à jour : les hastags pour suivre l’inaugural Day sur twitter seront : #Inaug09 pour l’inauguration et #dctrip09 pour tous les twitter-reporters dans la capitale Washington le 20 janvier]

NPR (National Public Radio) lance une initiative originale de couverture live de l’investiture d’Obama à la Maison Blanche, Washington DC, ce 20 janvier 2009

Une expérience originale qui se sert de toute la potentialité et de tous les codes de Twitter en version e-reporting. Une expérience à suivre absolument par hashtags, comme je vais l’expliquer plus loin.

NPR affirme plus que jamais sa mission première de « producteur de programmes qui répondent aux critères de service public dans la sphère du journalisme et de l’expression culturelle ». Car NPR n’en est pas à son premier coup d’éclat sur Twitter : le 3 novembre 2008, jour de l’élection présidentielle américaine, NPR lançait Twitter Vote report, en agrégeant sur un blog le contenu des tweets hashtagés « #Vote report », ce qui permettait à tout un chacun, via sms, twitter, et même par téléphone, de donner leur impression sur le déroulement du vote dans leur bureau local. le hastag est simplement un mot-clé marqueur permettant de rassembler tout ces journalistes citoyens dans un même fil d’informations que voici. Et même Joe Biden le nouveau Vice-Président s’est joint à la conversation de #VoteReport. Chaque e-reporter était géolocalisé sur une carte des Etats-unis

twittervotereport

NPR semble avoir compris toute la force journalistique de twitter, et fait ici des citoyens les meilleurs reporters du D-Day en créant eux même le contenu de la couverture live. Ce n’est que juste observation de la force journalistique évènementielle de Twitter, notamment pendant les attentats de Bombay (voir le hashtag #Mumbai) ou encore pendant la crise israelo-palestinienne en cours (suivre le hashtag #Gaza): les twitter-reporters couvrent une information plus vite et plus juste que les journalistes, car ils sont déjà sur le terrain. Il faut quand même imaginer que les journalistes ont été interdits de rentrer dans la bande de Gaza au moment de l’offensive terrestre, et que seuls les e-reporters ont pu combler ce vide journalistique propice aux pires exactions… Pendant le même conflit, le consulat israélien à New York s’est prêté au jeu de twitter en organisant une « conférence de presse » via le hashtag #askisrael

La vocation de Twitter semble bien se diriger vers une couverture journalistique communautaire. Je souhaite pour ma part que l’affinité de Twitter avec les français soit plus grande encore, afin d’expérimenter des dispositifs de couverture live qui mettent vraiment, pour la première fois, le citoyen au cœur du travail journalistique.

Twitter et l’avènement du journalisme citoyen ? Le réseau garantit ce qui manquait aux blogs et autres sites d’information citoyenne :

> La co-création de contenus permettant le recoupement de l’information et donc la vérité des faits

> L’immédiateté de l’information par SMS, qui garantit une longueur d’avance au journaliste citoyen en comparaison avec le journaliste traditionnel, reléguant les vieux médias et leurs conférences de rédaction au rang des dinosaures de l’information

Bonne chance donc à nos amis de NPR qui annonceront sous peu le lancement de ce nouveau dispositif de twitter-reporting

twitterbird

11 janvier 2009. Étiquettes : , , . USA. Laisser un commentaire.

Be the change

Via Ilovepolitics.info

La nouvelle affiche pour l’investiture d’Obama (le 20 janvier) qui reprend les codes de la mémorable affiche de campagne « Hope »

bethechange

9 janvier 2009. Étiquettes : . USA. Laisser un commentaire.

Page suivante »